Tous les articles par rballorini

Fresque ULIS TFM

Fresque ULIS TFM
Collège R.DOISNEAU, Chalon-sur-Saône
avril – juillet 2018
10 artistes en herbe à la réalisation
2 professeures et 4 AVS

Genèse du projet

Juin 2017 : d’une pratique d’un travail commun et régulier entre un professeur d’arts plastiques et le coordonnateur de l’ULIS TFM, de la rencontre de certains élèves du dispositif avec Mme Charles, nait l’envie de proposer aux élèves de l’ULIS TFM un projet spécifique, créatif et collaboratif où les talents multiples pourraient s’exprimer.

Première partie : travail en classe

La première séance consiste à présenter aux élèves les « arts de la rue » et leur évolution historique et mondiale. Cet appui théorique servira d’appui à leur réflexion. Des motifs sont imposés aux élèves, parmi une liste proposée, dans leur production de groupe.

Différentes propositions émergent : certains élèves particulièrement talentueux même avec une seule main fonctionnelle ou une raideur des mains, créeront leurs dessins de toutes pièces. D’autres utiliseront les tablettes numériques pour rechercher des images qu’ils décalqueront. D’autres encore dont les difficultés motrices sont plus importantes, assembleront des éléments préalablement découpés par les AVS. D’autres enfin chercheront à remplir les espaces ou à faire la mise en couleur. C’est l’esprit « CARTOON » qui est retenu pour le projet.

Ébauche de la fresque

Réalisation sur site :

L’organisation matérielle a du être interrogée au regard des besoins spécifiques des élèves en situation de handicap moteur.

  • Comment limiter les déplacements pour les élèves à mobilité réduite ?
  • A quelle hauteur installer le matériel de peinture ?
  • Qui pourra peindre debout ? assis sur une chaise ? s’accroupir ? s’assoir sur le sol ? Qui devra rester dans son fauteuil ?
  • Comment répartir les espaces à dessiner, à peindre, du fait de l’encombrement des fauteuils et des chaises présentes ?
  • Comment tenir compte de leur fatigabilité ?
  • Quelles qualités connait-on de chacun d’eux pour répartir les taches ? (minutie, créativité, persévérance, prises d’initiatives …)

Les adultes, professeurs et AVS ont eu à jouer un rôle logistique très important : échanger les pinceaux des élèves, leur mettre à disposition les couleurs, aider aux déplacements, maintenir l’équilibre des élèves les pus instables sur leurs jambes, attacher un élève sur sa chaise pour éviter les chutes, aider à s’asseoir, à se relever… Les élèves se sont également souvent entraidés.

Nasredine

Émeline et Léane

Bilan

Ce travail a renforcé la cohésion du groupe d’élèves mais a aussi fédéré de très nombreux personnels du collège : les agents de service qui veillaient à la bonne santé de tous par l’apport d’eau fraiche en ces jours de fortes chaleurs, les professeurs et personnels de la vie scolaire qui venaient pour encourager et même participer aux travaux de peinture, les personnels administratifs bien entendu.

Le groupe du dispositif ULIS TFM

Cette activité pédagogique montre à toute la communauté éducative et citoyenne que les élèves en situation de handicap ont des savoir, des savoir-faire, des savoir-être qui peuvent être utiles à tous, embellissant ici le cadre de vie au collège.

Les élèves ont eu un grand plaisir à participer à ce projet et repartent sans aucun doute plus forts de cette expérience, avec une plus grande confiance en eux. Ils sont fiers de leur appartenance à l’établissement, laissant pour plusieurs années, un souvenir coloré de leur scolarité au collège.

Livres numériques

Stéphane Clerc, Professeur coordonnateur de l’ULIS Prévert (Chalon) et ses élèves d’ULIS collège, ont réalisé des albums pour enfants à partir d’expressions imagées, avec enregistrement en studio des voix pour un CD d’accompagnement. Voici les liens vers les formats numériques, consultables en ligne:

Edutwit

Plusieurs groupes participent à ce projet et sont très impliqués. Au fur et à mesure de l’année, leurs questionnements deviennent de plus en plus précis et réfléchis.

Exemple de questionnements

Consigne de départ: le maître du jeu ne peut répondre à vos questionnements que par oui ou par non! Il s’engage à vous répondre au moins une fois par jour. Bonne chance.

La première photo est la suivante:

Est-ce que c’est un animal ?

 

Photo de profil de Num ASH71Non, ce n’est pas un animal.

Est-ce que c’est un végétal ?

Photo de profil de Num ASH71Oui, c’est végétal.

Est-ce que c’est comestible ?

Photo de profil de Num ASH71Oui, c’est comestible sous une certaine forme.

Est ce que ça pousse sur un arbre ?

Est-ce qu’on peut en faire une boisson ?

Est-ce que c’est une noix ?

Photo de profil de Num ASH71Oui, ça pousse sur un arbre. En Chine pour être précis

Photo de profil de Num ASH71Oui, on peut l’utiliser pour parfumer une boisson. On le fait très rarement dans notre pays même si d’autres boissons ont le même goût.

Photo de profil de Num ASH71Non, ce n’est pas une noix.

Est-ce que c’est un fruit ?

Photo de profil de Num ASH71Oui, c’est un fruit. Il est cueilli à maturité puis séché.

Est-ce que c’ est de la cannelle ?

Est-ce que c’est de l’anis étoilé ?

Nous pensons aussi que c’est de l’anis étoilé

Photo de profil de Num ASH71Non ce n’est pas de la cannelle.

Photo de profil de Num ASH71Oui, c’est de l’anis étoilé. Autrement nommé badiane. Félicitations.

Bravo aux vainqueurs ! Relaxed

Autres exemples:

Enigme 1.jpg Edutwit02.jpg defi6.jpg
Edutwit03.jpg défi9.jpg Défi7.jpg

Un insecte géant, même pas peur!

Un insecte géant, même pas peur!

FIFA 19 L’abeille gourmand La fourmi géante affamée
A l ‘ école des insectes La fourmi amoureuse

1 . FIFA 19

Le personnage joue à la x box à fifa 19 et la fourmi a trop envie de jouer avec lui. Elle va voir le personnage pour qu’ il lui passe la manette. Florian

2. L’abeille gourmande

Il était une fois une abeille qui voulait manger un hamburger. A midi, un monsieur d’ un fast food commençait à en préparer un. Soudain l’abeille arriva au fast food et elle lui demanda un hamburger.

Et voilà l abeille le mangea ! Léo

3. La fourmi géante affamée

Il était une fois un personnage qui mangeait une pizza. Une fourmi géante lui demanda si elle pouvait en avoir un bout pour manger avec lui. Le personnage lui donna un petit bout de pizza et ils commencèrent à manger ensemble.

Elle lui dit : « Bon appétit mon amie ! » Léa

4. A l ‘ école des insectes

Un élève lilliputien est dans une classe dont le prof est un insecte. Il apprend une formule magique pour retrouver sa taille normal. Précylia

5. La fourmi amoureuse

Il était une fois un homme qui était amoureux d’une fourmi géante. Un jour il se décida à lui offrir des fleurs ! Brian

Par Florian , Léo, Léa ,Précylia , Brian,
de la classe IME au collège de Saint-Gengoux
Le mardi 18 décembre 2018

Le foot, ma passion

Le foot, ma passion

J’aime jouer en équipe et j’aime mon équipe !
J’adore quand on gagne les matchs.
Je n’aime par quand il y a des fautes et des coups. J’ai horreur de perdre….
Le foot c’est un sport moins dangereux que le rugby et j’aime bien le foot.
Mon équipe de foot préférée c’est l’Olympique de Marseille.

Florian

La fouine du château n°23

Projet « Journal de classe » : La fouine du Château
écriture, mise en page et rédaction
Classe Magellan – ITEP de Cruzille
Hugues Traver

« Ce projet implique les autres classes qui peuvent rédiger des articles.

C’est un formidable moteur à la production d’écrit, mais aussi pour créer du lien au sein de l’établissement, pour s’intéresser à l’actualité, pour parler de sujets qui tiennent à coeur… »

Hugues Traver

Télécharger le numéro XXIII Bis de décembre 2018

Pourquoi créer un journal de classe ou d’école ?

Pourquoi créer un journal de classe ou d’école ?

C’est avant tout un projet coopératif qui place l’enfant dans une situation de communication concrète.

En collaboration avec ses camarades, l’élève apprend l’acceptation des différences de pensées. Joindre ses efforts à ceux de ses camarades, tous différents, dans l’optique de produire un travail commun demande des capacités de conciliation et d’entente.

C’est un projet qui permet de coucher ses idées sur le papier, d’exposer sa vision et son opinion, de structurer son discours et sa pensée.

C’est également un moyen d’insertion de l’enfant dans la réalité sociale qui l’environne. Il s’ouvre aux différentes problématiques auxquelles sont confrontés ses concitoyens. La presse permet de structurer la pensée de l’élève, dans la mesure où la lecture d’articles lui permet de se confronter à des points de vue divers et différemment argumentés, et de construire pas à pas sa propre opinion.

C’est aussi un moyen d’apprendre à utiliser avec discernement les ressources offertes par les nouvelles technologies en analysant l’information, l’image, en construisant un regard critique et en prenant du recul face aux médias.

L’écriture d’un journal permet en outre, et comme toute forme de production écrite subjective, une extériorisation des émotions de l’élève.

Pour terminer, ils apprennent également à se servir des outils de communication : logiciel de traitement de texte, appareil photo, tablette, etc.

La Ventriloquie, vous connaissez ?

La Ventriloquie, vous connaissez ?

C’est quoi la ventriloquie ?
La ventriloquie est un art qui consiste à faire parler une marionnette sans bouger ses lèvres. La personne qui tient la marionnette sur son bras est un illusionniste appelé un ventriloque

Comment ça marche ?
Il existe une technique pour parler sans bouger les lèvres, mais il faut bien s’entraîner.
Le ventriloque ferme sa bouche et essaie de parler et il ouvre la bouche de personnage en même temps. Le public croit que la marionnette parle.

D’où me vient cette passion ?
Quand j’étais plus petit, je regardais des vidéos de Jeff Panacloc. J’ai pris une peluche que j’ai découpée pour mettre ma main. Je me suis entraîné à parler sans bouger mes lèvres.
Je fais parfois des petits spectacles devant des amis, ma famille, mes copains de classe…

Brian